Editorial

Éditorial du 14 Janvier  2020

 

 

L’actualité est riche de provocations envers l’Église. Les églises sont visitées par des vandales,  tabernacles éventrés, profanation de la Sainte Eucharistie, statues renversées, églises brulés…Le plus retentissant de ces derniers jours est peut-être cette ignominie  chansonnette d’un pseudo artiste qui chante sur France Inter que « Jésus est un pédé (…) il n’y a pas seulement l’hostie à sucer… »

Les réseaux sociaux ont diffusés cette chansonnette pour la promouvoir ou la condamner si bien que nous avons décidé de faire cet édito ! Elle blesse notre Roi d’Amour, Celui qui est venu au monde pour que nous puissions entrer dans la Vie.  Elle blesse chacun d’entre nous car ce qui touche notre Seigneur nous touche également.

Il est facile de se moquer de notre religion, de ridiculiser notre Foi, de crucifier notre Divin-Maître sans que les pouvoirs publics semblent s’en émouvoir. Le traitement médiatique qui est donné par rapport à une autre religion quand elle est vilipendée  est sans commune mesure ce qui laisse un vrai sentiment d’injustice.

Déjà Saint Paul nous met en garde dans son épitre aux Corinthiens I – 4, 9-14 « Mes frères, nous voici livrés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. Nous sommes fous à cause du Christ tandis que vous êtes sages dans le Christ. Nous sommes faibles tandis que vous êtes forts ; vous êtes à l’honneur, nous dans le mépris. Jusqu’à cette heure, nous souffrons la faim, la soif, la nudité. Nous sommes maltraités et errants, nous nous épuisons à travailler de nos mains. Nous sommes maudits et nous bénissons ; nous souffrons persécution et nous supportons. Nous sommes diffamés et nous réconfortons. Jusqu’à maintenant nous sommes devenus les ordures du monde, le rebut de tous. J’écris cela non pour votre confusion, mais pour vous instruire comme mes enfants bien-aimés dans le Christ Jésus notre Seigneur. »

Tout cela est bien mystérieux mais rien de nouveau, le Christ lui-même s’est laissé humilié tout en demandant à Pierre de ranger son épée au début de sa Passion et tout en pardonnant à ses bourreaux à la fin de sa Passion.

Ne nous étonnons pas que le monde soit contre nous surtout lorsque celui-ci apostasie son Créateur, l’attitude du Christ nous montre l’exemple, suivons-le !

En demandant à Pierre de ranger son épée, Il nous demande de ne pas nous laisser envahir par la haine, en pardonnant à ses bourreaux, Il nous demande de rester dans l’Amour.

C’est seulement ainsi que nous pouvons rester dans la charité. Mais il n’y a pas de charité sans la justice qui nous oblige à agir. Là encore Saint Paul nous montre l’attitude à avoir : « …Prêche la parole, interviens à temps et à contre temps, reprends, supplie, menace, en toute patience et doctrine. Car viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine… » St Paul à Tim II, 4, 1-8

Chacun à sa place selon le principe de subsidiarité doit agir pour l’honneur de Jésus mais sans blesser la charité.

J’ai vu que l’association l’Agrif avait réagit en demandant entre autre à son avocat de préparer toute action judiciaire qui s’impose. Je vous encourage à les aider en les soutenant. En tapant Agrif.fr dans vos moteurs de recherche vous vous rendrez compte du travail que cette association réalise et combien il est important de la soutenir.

Il nous faut servir la Vérité et réparer les offenses faites à Notre-Seigneur-Jésus-Christ et à son Église. Je vous propose de dire un chapelet de la miséricorde divine et les litanies du Saint Nom de Jésus et d’offrir un jour de jeûne dans la semaine en réparation de ces offenses et en soutien des actions qui sont menées sur le terrain afin que la charité ne soit jamais blessée et que la Vérité triomphe.

 

Chanoine Thibaut d’Aviau de Ternay