Editorial

Nous avons appris ce matin le rappel à Dieu de Vincent Lambert. L’heure est donc à la prière afin qu’il puisse être accueilli dans la béatitude. Que du ciel il puisse travailler à convertir le cœur de l’homme qui est sur la terre. Que penser du cas de Vincent qui fut très médiatisé autour de la question de la dignité. Tout d’abord, on a laissé Vincent durant 10 ans sans soins adaptés à son état. C’est un manque de dignité. Puis on a décidé sa mort en le privant d’hydratation et de nourriture, c’est contraire à la dignité. On a l’impression que nous vivons dans une société qui de plus en plus rejette Dieu Créateur et Maître de toute chose. L’homme prend la place de Dieu et décide lui-même de qui doit vivre et qui doit mourir. Ce n’est pas un progrès pour la dignité de l’homme mais une porte ouverte au sectarisme et au totalitarisme. L’homme devient une marchandise où le seul critère de la rentabilité rentre en compte. L’handicapé, le tétraplégique, le pauvre dans la rue, le retraité, sera demain euthanasié par l’homme rentable. C’est le risque de la dérive actée par la mort de Vincent. En Afrique je me suis occupé de lépreux et je me souviens de papa Gaston qui perdait ses membres et qui me disait le plus dur dans cette maladie c’est de perdre notre dignité. Lorsque vous venez avec les infirmières pour me soigner pour me confesser pour me porter les sacrements je retrouve ma dignité. La charité théologale nous aide à nous tourner vers l’autre, au contraire l’individualisme sous des raisonnements fallacieux nous éloigne de l’autre. Lundi 15 juillet à 19h je célébrerai une messe de requiem pour Vincent à la Chapelle Saint Jean-Baptiste.

Chanoine Thibaut d'Aviau de Ternay