Editorial

Billet spirituel  du Chanoine Thibaut d’Aviau de Ternay pour la fête de Notre Dame de Lourdes.

Le 11 février, la fête de Notre Dame de Lourdes marque la 1ère apparition de la Vierge Marie à Bernadette, Le 25 Mars jour de l’Annonciation elle donne son nom : « Que soy era l’immaculata Concepciou » « je suis l’immaculée Conception ». C’est la 16ème apparition. La 18ème et dernière apparition tomba le 16 juillet jour de la fête de Notre Dame du Mont Carmel.

Il est frappant de voir que la Madone choisit le jour de l’Annonciation pour donner son nom : « Je suis l’immaculée Conception ». C’est le dogme défini par le Bienheureux Pape Pie IX qui consiste a confesser comme une vérité de Foi que la Vierge-Marie a été conçue sans le péché originel et qu’elle n’a pas commis de péchés personnels. Comment d’ailleurs la Mère du Sauveur, Fils de Dieu, 2ème personne de la Sainte Trinité aurait pu être dans l’ordre de la damnation (à cause du péché Originel) pour accueillir Celui qui vient au monde pour notre Rédemption en anéantissant le péché par le Sacrifice de la Croix et de sa Résurrection ?

C’est logique ! Cela n’enlève rien aux mérites de Marie qui n’est pas tombée dans l’orgueil des anges déchus ni dans la cupidité d’Ève. Mais par sa grande humilité elle accueillit le plan de Dieu avec, malgré son jeune âge, une grande maturité qui montre une liberté totale dans sa réponse à l’Archange Gabriel. « Ecce ancilla Domini »

Par sa grande humilité elle est devenue la nouvelle Ève car elle a racheté l’humanité en lui redonnant l’éclat de son Créateur. Ce rachat de l’humanité, Marie le donne en puissance, le Christ le donne en acte par le triomphe de son Sacrifice de Rédemption.

Si bien que nous pouvons dire avec Saint Louis Marie Grignon de Montfort que « là où est Marie, là est Jésus »

Si Marie est là où est Jésus, il n’est pas étonnant alors de voir que Lourdes est devenu le sanctuaire marial où il y a le plus de guérisons tant physiques que spirituelles. En effet la souffrance est une conséquence du péché Originel qui blessant la nature, l’a rendue vulnérable. Par le Fiat de Marie notre salut et notre restauration sont devenus possibles. Par analogie, nous pouvons dire que Marie est par son Fiat l’Alpha de notre salut et le Christ par son Sacrifice en est l’Omega si bien que par Marie Porte du salut, son divin Fils nous conduit dans la demeure du Père. Ce chemin est un chemin de guérison, un chemin d’amour, un chemin de rencontre où le Saint-Esprit suscite en nous la capacité de coopérer à la grâce nous permettant alors d’être dans la joie et l’Espérance.

Chaque vie humaine avec son histoire, ses joies comme ses souffrances s’invite dans cette dimension cosmique entre l’Alpha de Marie et l’Oméga de Jésus donnant un sens à nos vies, à nos joies, à nos peines.

Le 11 Février, fête de Notre Dame de Lourdes est une belle occasion de prier pour rendre grâce des belles choses dont nous faisons l’expérience dans notre vie mais c’est aussi une invitation à confier à Marie l’immaculée Conception nos fragilités, nos souffrances tant physiques que morales. D’ailleurs l’Église à fait de ce jour la journée des malades. Ainsi par le Fiat de Marie, nous pouvons faire l’expérience du Christ qui par le Sacrifice de la Croix et de la Résurrection a vaincu la mort et la souffrance, de sorte que nos infirmités qu’elles soient d’ordre physique ou morales ont un sens à cause du triomphe du Christ. Non seulement Il en triomphe mais Il nous dépose dans la béatitude du Père par son Ascension nous ouvrant les portes du Ciel pour l’éternité.

Ainsi nous sommes dans un climat de confiance et de sérénité, nous pouvons nous abandonner et dire à Dieu avec ce contemporain et ami de Saint Padre Pio, Don Dolindo : « Je m’abandonne à Toi, à Toi d’y penser ».

Chanoine Thibaut d’Aviau de Ternay