Editorial

Nouvelles …

 

Chers amis du Précurseur,

 

L’année 2024 a commencé son envol, le mois de janvier s’est terminé par la réunion du conseil économique.

Si des points sont à améliorer comme les lumignons qui accusent une baisse de plus de 2000 € et le denier de l’Église une baisse de 1000 €, paradoxalement la situation n’est pas mauvaise car les quêtes et les casuels sont en progression.

Les travaux que nous avons effectués grâce à vous sur la partie bâtiment, qui sont déductibles, nous permettent d’avoir un retour complet du denier de l’Église en faveur de notre chapellenie ce qui, je vous l’avoue donne une vision saine pour envisager la suite.

Nous allons pouvoir réaliser la fin des travaux du chœur : voûte, corniches et murs, électricité. Nous avons également le projet de réaliser la restauration de la partie haute de la cage d’escalier, le palier et le couloir qui monte à la tribune. A cela s’ajoute un poste de révision de la toiture.

Notre effort pour la vie de notre chapelle doit donc continuer et s’intensifier.

Après moult tergiversations nous avons acquis une borne qui permet de recevoir une obole via une carte bancaire avec une proposition tarifaire de 3 €, 10 € et 20 €. Cela facilitera la démarche de la personne qui rentre dans la chapelle pour visiter ou pour prier en étant content de trouver la chapelle ouverte.

Les paniers de quêtes électroniques sont à l’étude également car nous remarquons que beaucoup ne donnent rien à la quête parce qu’ils n’ont pas de monnaie sur eux et un certain nombre nous réclame ce moyen. C’est un sujet délicat car d’autres sont reboutés par ce moyen mais que tout le monde se rassure, la quête avec les paniers classiques ne disparaîtra pas et au final si cela permet d’améliorer les sources de revenus c’est un bien pour notre chapelle et chacun de vous peut constater que votre argent est bien utilisé.

Un mot sur le chemin de croix, nous devrions recevoir la 3ème station fin février et ensuite une tous les mois.

Tout dépend de l’artiste-peintre mais c’est ce qui est convenu aujourd’hui. Les 6 premières sont financées ainsi que la 12ème par des mécènes que je remercie vivement, 3 autres sont retenues, il en reste donc 4 à financer.

 

Un mot sur la Maison Saint-Thomas-d’Aquin où réside vos chanoines. C’est une structure différente de la chapelle qui appartient au diocèse tandis que la Maison Saint-Thomas appartient à notre communauté, l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre.

L’appel à l’occasion des vœux de Noël a été très positif puisque grâce à vous nous avons pu terminer l’année 2023 et budgétiser les 4 premiers mois pour l’année 2024. A l’instant où je vous écris, je viens de recevoir la confirmation d’un don qui nous permettra de financer le crédit de la Maison que nous avons auprès des banquiers pour les 8 mois restant. C’est une bonne nouvelle mais il y a encore le financement de la vie de la Maison pour les 8 mois restant à trouver.

Je veux remercier chacun d’entre vous pour votre générosité et vos prières.

 

Février, mois d’hiver sonne avec carême et campagne du denier de l’Église, rien de très glamour à première vue. Néanmoins en y regardant de plus près, n’y-at-il pas un clin d’œil facétieux du Bon Dieu, le mercredi des Cendres étant le jour de la Saint Valentin ? Mais qui est Saint Valentin ? Valentin était Évêque de Terni, dans les monts Sabin (Italie).

Le philosophe romain Craton vint un jour le voir pour qu'il guérisse son fils mourant. Valentin accepta s'il promettait, si son fils guérissait, de ne plus chasser les Chrétiens mais de chercher à les comprendre.

Craton accepta et Valentin, après une Prière, guérit le malade. Aussitôt Craton et sa famille se convertirent non sans que cela ne fît beaucoup de bruit.

Valentin fut décapité vers 273 pour avoir refusé de renier sa Foi.

Saint Valentin est devenu le patron des amoureux à partir d'un proverbe du Moyen Âge : « À la Saint-Valentin, les oiseaux commencent à roucouler ».

 

Roucoulons donc, que notre cœur épouse toujours plus le divin Cœur Royal de Notre-Seigneur Jésus-Christ qui commence par suivre la Croix. L’amour doit faire mal parce que l’amour véritable c’est la mort de notre égoïsme disait la Sainte Mère Térésa de Calcutta. C’est dans ce dépouillement parfois douloureux durant quarante jours que la croix paraîtra grande, belle, glorieuse nous faisant goûter la joie de la Résurrection. Préparons-nous donc avec sérieux et gravité à recevoir la Lumière joyeuse du Ressuscité.

 

Chanoine Thibaut de Ternay