Chers pèlerins de Chartres,

La Lumière est venue dans le monde, nous dit aujourd’hui Jésus dans l’Evangile, et les hommes ont préféré les ténèbres. Et vous, chers pèlerins, avez-vous accueilli l’unique Lumière qui ne trompe pas, celle de Dieu. Vous avez marché pendant trois jours, vous avez prié, chanté, souffert sous le soleil et sous la pluie, avez-vous accueilli la lumière dans votre cœur ? 

Avez-vous réellement renoncé aux Ténèbres, avez-vous choisi de poursuivre la route en suivant Jésus qui est la Lumière du monde ? Chers amis, permettez-moi de vous poser cette question radicale car si Dieu n’est pas notre Lumière, tout le reste devient inutile. Sans Dieu, tout est ténèbres. Dieu est venu jusqu’à nous, Il s’est fait homme, Il nous a révélé l’unique vérité qui sauve, Il est mort pour nous racheter du péché. Et à la Pentecôte, Il nous a donné l’Esprit Saint, Il nous a offert la lumière de la foi. Mais nous préférons les ténèbres.

Regardons autour de nous, la société occidentale a choisi de s’organiser sans Dieu et la voilà maintenant livrée aux lumières clinquantes et trompeuses de la société de consommation, du profit à tout prix, et de l’individualisme forcené. Un monde sans Dieu est un monde de ténèbres, de mensonges et d’égoïsme. 

Sans la Lumière de Dieu, la société occidentale est devenue comme un bateau ivre dans la nuit. Elle n’a plus assez d’amour pour accueillir des enfants, les protéger dès le sein de leur mère, les protéger de l’agression de la pornographie. Privée de la lumière de Dieu, la société occidentale ne sait plus respecter ses vieillards, accompagner vers la mort les malades, faire une place aux plus pauvres et aux plus faibles. Elle est livrée aux ténèbres de la peur, de la tristesse et de l’isolement. Elle n’a plus que le vide et le néant à offrir.

Elle laisse proliférer les idéologies les plus folles. Une société occidentale sans Dieu peut devenir le berceau d’un terrorisme éthique et moral plus virulent et plus destructeur que le terrorisme des islamistes. Souvenez-vous que Jésus nous a dit : « ne craignez rien de ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l’âme. Craignez plutôt ceux qui peuvent perdre dans la géhenne à la fois l’âme et le corps ».

Chers amis, pardonnez-moi cette description mais il faut être lucide et réaliste. Si je vous parle ainsi c’est parce que dans mon cœur de prêtre et de pasteur, je ressens de la compassion pour tant d’âmes égarées, perdues, tristes, inquiètes et seules.

Qui les conduira à la Lumière ? Qui leur montrera le chemin de la Vérité, le seul vrai chemin de liberté qui est celui de la Croix ? Va-t-on les livrer à l’erreur, au nihilisme désespéré ou à l’islamisme agressif sans rien faire ?

Nous devons clamer au monde que notre espérance a un nom : Jésus Christ, unique sauveur du monde et de l’humanité.

Chers pèlerins de France, regardez cette cathédrale, vos ancêtres l’ont construite pour proclamer leur foi. Tout dans son architecture, sa structure, ses vitraux proclame la joie d’être sauvés et aimés par Dieu. Vos ancêtres n’étaient pas parfaits, ils n’étaient pas sans péchés mais ils voulaient laisser la lumière de la foi éclairer leurs ténèbres.

Aujourd’hui aussi, toi peuple de France, réveille-toi, choisis la Lumière, renonce aux ténèbres !

Comment faire ? L’Evangile nous répond : celui qui agit selon la Vérité vient à la Lumière. Laissons la lumière du Saint Esprit illuminer nos vies concrètement, simplement et jusque dans les régions les plus intimes de notre être profond. Agir selon la vérité, c’est tout d’abord mettre Dieu au centre de nos vies comme la Croix est le centre de cette cathédrale.

Mes frères, choisissons de nous tourner vers Lui chaque jour.

En cet instant, prenons l’engagement de prendre chaque jour quelques minutes de silence pour nous tourner vers Dieu et Lui dire : Seigneur, règne en moi, je Te donne toute ma vie.

Chers pèlerins, sans silence il n’y a pas de lumière. Les ténèbres se nourrissent du bruit incessant de ce monde qui nous empêche de nous tourner vers Dieu. Prenons exemple sur la liturgie de la messe de ce jour. Elle nous porte à l’adoration, à la crainte filiale et amoureuse devant la grandeur de Dieu. Elle culmine à la consécration ou tous ensemble tournés vers l’autel, le regard dirigé vers l’hostie, vers la Croix, nous communions en silence, dans le recueillement et l’adoration. 

Frères, aimons ces liturgies qui nous font goûter la présence silencieuse et transcendante de Dieu, et nous tournent vers le Seigneur.

Chers frères prêtres, je vais m’adresser à vous maintenant, spécialement. 

Le saint sacrifice de la messe est le lieu où vous trouverez la lumière pour votre ministère. Le monde que nous vivons nous sollicite sans cesse. Nous sommes constamment en mouvement. Le danger serait grand de nous prendre pour des travailleurs sociaux. Nous ne porterons plus au monde la Lumière de Dieu mais notre propre lumière qui n’est pas celle qu’attendent les hommes. 

Sachons nous tourner vers Dieu, dans une célébration liturgique recueillie, pleine de respect, de silence et empreinte de sacralité. N’inventons rien dans la liturgie, recevons tout de Dieu et de l’Eglise. Ne cherchons pas le spectacle ou la réussite. 

La liturgie nous l’apprend, être prêtre, ce n’est pas d’abord faire beaucoup.

C’est être avec le Seigneur sur la Croix. La liturgie est le lieu où l’homme rencontre Dieu face à face. C’est le moment le plus sublime où Dieu nous apprend à reproduire en nous l’image de son fils Jésus-Christ afin qu’il soit l’aîné d’une multitude. Elle n’est pas, ne doit pas être une occasion de déchirement, de lutte et de dispute.

Dans la forme ordinaire du rit romain comme dans la forme extraordinaire, l’essentiel est de nous tourner vers la Croix, vers le Christ, notre Orient, notre tout, notre unique horizon. 
Que ce soit dans la forme ordinaire ou dans la forme extraordinaire, sachons toujours célébrer, comme en ce jour, selon ce qu’enseigne le Concile Vatican II, avec une noble simplicité, sans surcharge inutile, sans esthétique factice et théâtrale mais avec le sens du sacré, le souci premier de la gloire de Dieu et avec un véritable esprit de fils de l’Eglise d’aujourd’hui et de toujours.

Chers frères prêtres, gardez toujours cette certitude : être avec le Christ sur la Croix, c’est cela que le célibat sacerdotal proclame au monde. Le projet de nouveau émis par certains de détacher le célibat du sacerdoce en conférant le sacrement de l’ordre à des hommes mariés, les viri probati, pour - disent-ils - des raisons ou des nécessités pastorales aura en réalité pour grave conséquence de rompre définitivement avec la tradition apostolique. 

Nous allons fabriquer un sacerdoce à notre taille humaine mais nous ne perpétuons pas, nous ne prolongeons pas le sacerdoce du Christ, obéissant, pauvre et chaste. Car en effet, le prêtre n’est pas seulement un alter christus, un autre Christ. Il est vraiment ipse christus, le Christ lui-même. Et c’est pour cela qu’à la suite du Christ et de l’Eglise, le prêtre sera toujours un signe de contradiction.

Et vous chers chrétiens, laïcs engagés dans la vie de la cité, je veux dire avec force, n’ayez pas peur.

N’ayez pas peur de porter à ce monde la Lumière du Christ. Votre premier témoignage doit être votre propre vie, votre propre exemple de vie. Ne cachez pas la source de votre espérance, au contraire, proclamez, témoignez, évangélisez, l’Eglise a besoin de vous. Rappelez à tous que seul le Christ crucifié révèle le sens authentique de la liberté.

A vous chers parents, je vais adresser un message tout particulier.

Être père et mère de famille, dans le monde d’aujourd’hui est une aventure difficile, pleine de souffrances, d’obstacles et de soucis. L’Eglise vous dit merci. Oui, merci pour le don généreux de vous-mêmes. Ayez le courage d’élever vos enfants à la Lumière du Christ. Il vous faudra parfois lutter contre le vent dominant, supporter le mépris et les moqueries du monde mais nous ne sommes pas ici pour plaire au monde. Nous proclamons nous un Christ crucifié, « scandale pour les juifs et folie pour les païens. » 

N’ayez pas peur, ne renoncez pas. L’Eglise, par la voix des papes, tout spécialement depuis l’encyclique Humanae vitae, vous confie une mission prophétique. Témoignez, devant tous, de votre confiance joyeuse en Dieu qui nous a fait gardiens intelligents de l’ordre naturel. Vous annoncez ce que Jésus nous a révélé par sa vie.

Chers pères et mères de famille, l’Eglise vous aime, aimez l’Eglise. Aimez votre mère.

A vous enfin, je vais m’adresser. Vous les plus jeunes qui êtes ici nombreux.

Je vous prie d’écouter d’abord un ancien qui a plus d’autorité que moi. Il s’agit de l’évangéliste Saint Jean. Au-delà de l’exemple de sa vie, Saint Jean a également laissé un message écrit aux jeunes. Dans sa première lettre, nous lisons ces paroles émouvantes d’un ancien aux jeunes des églises qu’il avait fondées. Ecoutez cette voix forte d’un vieillard : « je vous l’ai écrit, à vous les plus jeunes, vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous, vous avez vaincu le mauvais. N’aimez pas le monde, ni ce qui est dans le monde ». 

Le monde que nous ne devons pas aimer, commente le père Cantalamessa dans son homélie du vendredi saint, et auquel nous ne devons pas nous conformer, n’est pas – nous le savons bien - le monde créé et aimé par Dieu. Ce ne sont pas les personnes du monde vers lesquelles au contraire nous devons toujours aller, surtout le plus pauvres et les plus faibles pour les aimer et les servir humblement.

Non. Le monde à ne pas aimer est un autre monde. C’est le monde tel qu’il est devenu sous la domination de Satan et du péché. C’est le monde des idéologies qui nient la nature humaine et détruisent les familles. C’est le monde des structures onusiennes qui imposent impérativement une nouvelle éthique mondiale à laquelle nous devrions tous nous soumettre. Mais un grand écrivain croyant britannique du siècle dernier, T.S.Eliot, a écrit trois versets qui en disent davantage que des livres entiers. « Dans le monde des fugitifs, celui qui prend la direction opposée aura l’air d’un déserteur. »

Chers jeunes, s’il est permis à un ancien comme l’était Saint Jean de s’adresser directement à vous, je vous exhorte moi aussi et je vous dis : vous avez vaincu le mauvais, combattez toute loi contre-nature que l’on voudrait vous imposer, opposez-vous à toute loi contre la vie et contre la famille, soyez de ceux qui prennent la direction opposée. Osez aller à contre-courant. Pour nous chrétiens, la direction opposée n’est pas un lieu, c’est une personne, c’est Jésus Christ, notre ami et notre rédempteur. 

Une tâche vous est particulièrement confiée, à vous, les jeunes : sauver l’amour humain de la dérive tragique dans laquelle il est tombé. L’amour qui n’est plus le don de soi-même mais seulement la possession de l’autre, une possession souvent violente et tyrannique. Sur la Croix, Dieu s’est fait homme et nous a révélé qu’Il est agapè, c’est-à-dire l’Amour qui se donne jusqu’à la mort. Aimer vraiment, c’est mourir pour l’autre comme ce jeune gendarme, le colonel Arnaud Beltrame.

Chers jeunes, vous éprouvez souvent, sans doute, dans votre âme, la lutte des ténèbres et de la Lumière, vous êtes parfois séduits par les plaisirs faciles de ce monde. De tout mon cœur de prêtre, je vous le dis : n’hésitez pas, Jésus vous donnera tout. En le suivant pour être des saints, vous ne perdrez rien, vous gagnerez la seule joie qui ne déçoit jamais. Chers jeunes, si aujourd’hui le Christ vous appelle à le suivre comme prêtre, comme religieux ou religieuse, n’hésitez pas, dites-lui fiat, un oui enthousiaste et sans condition. 
Dieu veut avoir besoin de vous. Quelle joie. Quelle grâce.

L’Occident a été évangélisé par les saints et les martyrs. Vous, jeunes d’aujourd’hui, vous serez les saints et les martyrs que les nations attendent pour une nouvelle évangélisation. 
Vos patries ont soif du Christ, ne les décevez pas. 

L’Eglise vous fait confiance. Je prie pour que nombreux parmi vous répondent, aujourd’hui durant cette messe, à l’appel de Dieu à la suivre, à tout laisser pour Lui, pour sa Lumière. Quand Dieu appelle, Il est radical. Il nous appelle tout entier, jusqu’au don total, jusqu’au martyre du corps ou du cœur.

Cher peuple de France, ce sont les monastères qui ont fait la civilisation de ton pays. Ce sont les personnes, les hommes et les femmes, qui ont accepté de suivre Jésus jusqu’au bout, radicalement, qui ont construit l’Europe chrétienne. Parce qu’ils ont cherché Dieu seul, ils ont construit une civilisation belle et paisible comme cette cathédrale.

Peuple de France, peuples d’Occident, vous ne trouverez la paix et la joie qu’en ne cherchant Dieu seul. Retournez à vos racines, retournez à la source, retournez au monastère.
Oui, vous tous, osez aller passer quelques jours dans un monastère. 

Dans ce monde de tumultes, de laideur, de tristesse, les monastères sont des oasis de beauté et de joie. Vous y ferez l’expérience qu’il est possible de mettre concrètement Dieu au centre de toute sa vie, vous y ferez l’expérience de la seule joie qui ne passe pas.

Chers pèlerins, renonçons aux ténèbres, choisissons la Lumière, demandons à la Très Sainte Vierge Marie de savoir dire fiat, c’est-à-dire oui, pleinement comme elle, de savoir accueillir la lumière de l’Esprit Saint, comme elle. En ce jour où, grâce à la sollicitude du Saint Père le pape François, nous fêtons Marie mère de l’Eglise, demandons à cette Mère très sainte d’avoir un cœur comme le sien, un cœur qui ne refuse rien à Dieu, un cœur brûlant d’amour pour la gloire de Dieu, ardent à annoncer aux Hommes la Bonne Nouvelle, un cœur généreux, un cœur large comme le cœur de Marie, aux dimensions de l’Eglise, aux dimensions du cœur de Jésus. Ainsi soit-il. 

+ Robert, Cardinal Sarah

 

 Il est poignant ce cri de souffrance de Job : « la vie de l’homme sur terre est une corvée ».

La nuit, le jour, il ne trouve pas la paix. A-t-il quelques consolations ce pauvre Job ? Sa femme le méprise depuis qu’il a tout perdu et qu’il est rongé par la maladie. Ses amis voudraient le consoler, mais ne le comprennent pas. Il en vient même à souhaiter la mort : « la mort plutôt que ma carcasse » ! C’est terrible !!

Que lui reste-t-il ? Le suicide assisté ? Une demande d’euthanasie au nom de sa perte de dignité ?

Non, il s’adresse à Dieu. C’est cela qui est extraordinaire ! Si Job s’adresse à Dieu, c’est qu’il sait qu’il n’a pas perdu sa dignité, qu’il est encore assez digne pour s’adresser à Dieu. Son entourage le juge indigne. Lui a compris la plus grande dignité de l’homme qui, au-delà des apparences, lui permet de parler à Dieu.

Quand nous sommes réduits à rien, le monde ne nous pense plus dignes d’exister.

Quand nous sommes réduits à rien, Dieu nous donne l’insigne dignité de nous adresser à lui.

Là où le monde prône la mort comme solution des problèmes : par exemple pour l’enfant non désiré, le futur handicapé, le vieillard cacochyme, Dieu, lui, prône l’amour.

Devant un surcroît de souffrances, la seule réponse digne est un surcroît d’amour.

C’est la réponse de Jésus. La belle-mère de Simon Pierre est malade. Il la guérit plutôt que de la laisser au fond de son lit. Ensuite il se dépense sans compter pour ces pauvres gens accablés de souffrances en les délivrant de leurs maux. Mais il n’oublie pas la source de l’amour, son Père, qu’il rejoint la nuit dans la prière. C’est cela, la vraie dignité.

Aujourd’hui on nous parle de mort digne pour justifier l’euthanasie. On se sert de la belle notion de dignité pour donner la mort.

Mon père jusqu’à ses 98 ans était autonome, il avait toute sa tête et nous étions très fiers de lui. A ce moment-là, il a fait une méningite fulgurante qui ne l’a pas tué mais qui lui a laissé des séquelles cognitives. Ses propos n’étaient plus cohérents, mais il nous reconnaissait et il était heureux de nous voir. Nous nous sommes relayés, ses enfants, afin que presque tous les jours nous soyons près de lui. Un an après, il est mort, paisiblement, en souriant et nous avons même pu joyeusement fêter son anniversaire quelques jours avant son décès.

La seule dignité de l’homme, c’est d’être aimé jusqu’au bout.

La seule liberté de l’homme, c’est d’aimer jusqu’au bout.

Voilà le message du Christ transmis par sa Parole et par toute sa Vie. Voilà aussi la raison du cri de saint Paul : « malheur à moi si je n’annonce pas l’évangile ».

Soyons, nous chrétiens, les messagers de l’évangile de l’amour, non seulement par notre parole mais surtout par notre façon de vivre.

Michel Aupetit, archevêque de Paris.
Saint-Charles-de-Monceau et Notre-Dame de Paris - Dimanche 4 février 2018

Cette nouvelle année de grâces, ce temps liturgique de profonde joie spirituelle commence par le mystère de l’Incarnation.

Le Verbe Incarné « a habité parmi nous ». Le Bon Dieu invisible se rend visible aux hommes pour leur donner la vie éternelle. Notre-Seigneur Jésus-Christ est venue en ce monde non pas pour les justes mais pour les pauvres pécheurs. Il ne vient pas d’abord sur terre pour être glorifié mais pour sanctifier les âmes. Jésus vient en Rédempteur de tout le genre humain.

Sa naissance à Bethléem dans la crèche est une belle leçon d’humilité.

Les souffrances de la Croix sont déjà présentent en germe, comme un nourrisson ordinaire, Il subit le froid, la faim, Il est totalement dépendant de sa Mère, la Très Sainte Vierge Marie.

Et pourtant, Jésus-Christ est bien la lumière divine, elle est trop éclatante pour se manifester à nos faibles regards dans toute sa splendeur, elle s’est voilée sous l’humanité de l’Enfant-Jésus.

« Et s’étant prosternés, ils adorèrent l’Enfant. ». Les Rois Mages ont suivi l’Etoile depuis l’Orient jusqu’à Bethléem. Ils avaient une foi inébranlable, ils ne savaient pas où se trouvait le Messie mais ils se sont laisser guider par la Divine Providence de Dieu qui appelle chacun d’entre nous à suivre « la Lumière du monde », le Christ .

« Adorer le Christ, nous explique saint François de Sales, est le plus ancien des préceptes, lui refuser l’adoration est la plus ancienne des hérésies. » L’adoration de notre âme reconnait en cet Enfant, son Roi, son Créateur et son Rédempteur. C’est par la foi que nous adorons car nos pauvres intelligences ne peuvent saisir ce si grand mystère.

« La foi nous enseigne le Bienheureux Dom Marmion, est la lumière qui nous donne de voir Dieu dans l’enfant de la Vierge, d’entendre la voix de Dieu dans les paroles du Verbe Incarné, de suivre les exemples d’un Dieu dans les actions de Jésus, de nous approprier les mérites infinis d’un Dieu par les douleurs et les satisfactions d’un homme souffrant comme nous. »

Comment, nous pécheurs, pouvons-nous approcher le Bon Dieu qui est le Parfait, le Saint par excellence ? c’est parce qu’Il est Bon que nous osons nous en approcher à la crèche. En effet, c’est par l’humanité de l’Enfant-Jésus que le Bon Dieu est accessible. Sa nature humaine est semblable à la nôtre hormis le péché.

Nous avons coutume de chanter un Te Deum le trente et un décembre pour remercier le Bon Dieu pour toutes les grâces qu’Il nous a donné par son Fils durant l’année qui s’achève.

Efforçons nous de nous rendre chaque jour plus digne de tant de grâces. Suivons l’ Etoile des Mages qui est la lumière qui luit dans les ténèbres.

La nouvelle année doit être confiée à Notre-Seigneur Jésus-Christ qui œuvre pour notre bien spirituel. Nous aurons sûrement des joies mais aussi des croix et des peines. Sachons demander au Seigneur de les accepter comme des cadeaux du Ciel. Nous sommes ici- bas non pour jouir de tous les plaisirs mais pour faire la volonté du Père comme l’a fait Jésus tout au long de sa vie. Nous sommes chrétiens et donc pèlerins, nous sommes en chemin vers le Paradis qui est notre véritable Patrie, si nous suivons notre guide qui est le Christ.

Aimer, c’est tout donner comme disait Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face. Que pouvons nous donner à Dieu qui possède tout?

Dieu se contente de peu. « Honore Dieu du bien que tu as ». Dieu aime les sacrifices et les offrandes. Abel le juste donnait ses moutons à Dieu. Abraham son fils. Dieu nous demande avant tout de lui consacrer du temps. Dans toutes nos diverses occupations de la journée, il est important de les sanctifier par la prière qui nous met en présence de Dieu. La prière est si simple, « c’est l’élévation de l’âme à Dieu. » Nous ne sommes jamais seul, ni abandonné, nous avons toujours Dieu qui nous regarde avec Amour. C’est à nous de lui rendre cet Amour.

 

Que l’Enfant-Jésus vous comble de grâces, de joies et qu’Il vous bénisse.

Bonne et Sainte Année 2018

Chanoine Jean-Guillaume de la Crochais

La Main du diable semble partout vouloir s’imposer au nom de la laïcité, du principe de non religion dans l’espace public. C’est la guerre contre nos croix, c’est la guerre contre nos crèches et la liste pourrait être longue s’il fallait tenir une liste exacte.

De plus en plus il y a deux poids deux mesures à l'égard des chrétiens et en particulier les catholiques qui font face à des attaques, des humiliations , des intimidations, et à l'égard des religions qui, au nom de l’intégration, ne supportent aucune critique même quand certains au nom d’Allah égorgent nos prêtres.

Il y a une guerre, oui le mot est fort mais le Pape François lui-même ne parle t-il pas de troisième guerre mondiale ? Il y a une guerre contre la culture chrétienne, contre Dieu, contre l’ordre de sa création, contre la création elle-même. La notion de Dieu est niée, l’homme lui prend la vedette tombant dans le péché de nos premiers parents.

L’homme n’est plus modelé par Dieu puisqu’il n’existe pas, mais par lui même avec toutes les dérives que nous avons connues au XXème siècle par les régimes totalitaires : l’eugénisme nazi et l’horreur des Lebensborn pour ne citer que ces deux là. Le totalitarisme du XXème siècle est l’ancêtre de ce que nous appelons aujourd’hui le transhumanisme qui séduit autant qu’il est dangereux.  Il séduit car il pousse l’homme au  delà de ses propres frontières pour être augmenté, il est dangereux puisque cela commence par supprimer l’homme diminué c’est-à-dire qui ne rentre pas dans certaines normes.  A titre d’exemple, aujourd’hui c’est 96% des enfants touchés par la trisomie 21 qui sont supprimés avant la naissance. Ce n’est plus le malade qui est soigné, qui est accompagné dans la maladie, dans sa dignité de personne humaine, dans sa vieillesse mais c’est le malade qu’on supprime. L’Euthanasie en est un triste exemple.

Mais Dieu existe et cela change tout !

 

Le mois de décembre est caractérisé par l’AVENT. C’est l’attente de la Promesse suite au Péché Originel. Cette promesse, c’est l’Emmanuel, Dieu qui se fait homme pour être un de nous en nous aimant et en nous portant jusqu’à la Croix pour nous offrir la Rédemption afin que nous puissions avoir part à la vision béatifique dans la contemplation de Dieu trois fois Saint.

Cette attente du Sauveur qui rejoint notre humanité rend l’homme capable de Dieu. C’est le triomphe de l’Amour. Cette attente elle est pénitentielle même si c’est ce que nous pourrions vulgairement appeler un « carême joyeux », elle reste néanmoins marquée par une attention où nous sommes appelés à faire des efforts pour que l’Enfant Jésus que nous déposerons dans la crèche la nuit de Noël soit en même temps reçu dans notre cœur et dans notre âme.

Nos anciens, par exemple jeûnaient trois fois la semaine de la Saint Martin à Noël reprenant un schéma quadragésimal pour se préparer au mystère de l’Incarnation du Rédempteur.En effet, Saint Perpétuus , évêque de Tours en 480 rapporte Saint Grégoire de Tours avait statué « que les fidèles jeûneraient trois fois la semaine, depuis la fête de saint Martin jusqu’à Noël. » « Nous trouvons ensuite le neuvième canon du premier Concile de Mâcon, tenu en 582, qui ordonne que, durant le même intervalle de la Saint-Martin à Noël, on jeûnera les lundis, mercredis et vendredis, et qu’on célébrera le sacrifice suivant le rite Quadragésimal. Quelques années auparavant, le deuxième Concile de Tours, tenu en 567, avait enjoint aux moines de jeûner depuis le commencement du mois de décembre jusqu’à Noël. Cette pratique de pénitence s’étendit bientôt à la quarantaine tout entière pour les fidèles eux-mêmes ; et on lui donna vulgairement le nom de Carême de saint Martin. Les Capitulaires de Charlemagne, au livre sixième, n’en laissent plus aucun doute ; et Rhaban Maur atteste la même chose au livre second de l’Institution des Clercs. On faisait même des réjouissances particulières à la fête de saint Martin, en la manière qu’on en fait encore aux approches du Carême et à la fête de Pâques. » Extrait  Don Guéranger.

Nos anciens ne badinaient pas avec l’amour ! J Et pour vous chers fidèles quel sera votre effort ? Je vous propose donc de suivre une chose simple mais qui est la marque de sainteté : Soyez attaché jalousement à votre devoir d’état. Mais qu’est-ce le devoir d’état ? Laissons Théopedie.com nous le dire :

Quels sont les devoirs d’état ?

« On ne saurait se soustraire à ses exigences professionnelles, familiales ou civiques : l’étudiant doit étudier du mieux possible, les parents doivent éduquer leurs enfants du mieux possible, l’entrepreneur doit gérer son entreprise du mieux possible, le religieux doit prier du mieux possible. Ces exigences sont tellement importantes qu’elles ont valeur d’obligations morales. On parle ainsi de « devoirs d’état ».

Pie X définissait ainsi les devoirs d’état : « les obligations particulières que chacun a par suite de son état, de sa condition, et de la situation qu’il occupe ». (Pie X, Catéchisme). Les mots « états », « conditions » et « situation » désignent respectivement les états de vie (mariage, célibataire, consacré, salarié, bénévole, etc), comment nous nous situons dans cet état (fiancé ou marié, débutant ou avancé, professionnel ou amateur, etc), les circonstances particulières (chef d’entreprise, avocat, journaliste, étudiant, retraité, etc). Aussi, il appartient à chacun de discerner son état, sa condition et sa situation où il se trouve et les exigences qui en découlent. Par exemple, un jeune marié n’a pas les mêmes obligations qu’un homme marié depuis longtemps car leurs situations sont différentes : les besoins sexuels, la connivence conjugale, l’âge des enfants, les difficultés professionnelles entraînent des devoirs d’état différents.

On a coutume de hiérarchiser ainsi les devoirs d’état :

  • envers Dieu et envers l’Église (prière, pratique religieuse, témoignage de foi, etc).
  • envers ses parents, son conjoint, ses enfants (aide financière, affectivité, temps consacré, etc).
  • envers la nation et la communauté dont nous faisons partie (impôt, vote, service militaire, etc).
  • dans le cadre professionnel (rigueur, assiduité, honnêteté, etc).
  • dans les relations sociales (amis, voisins, etc).

Cette notion de devoir d’état permet de hiérarchiser ses efforts, en étant sûr de respecter un ordre juste : parfois, certaines personnes rêvent à un idéal de vie qui semblerait plus accessible et plus grand, mais elles oublient la situation concrète dans laquelle elle se trouve. Ou bien, elles vont faire des efforts sur des points secondaires, tout en oubliant l’essentiel.

Les devoirs d’états sont là pour nous rappeler que l’idéal de vie ne se nourrit pas d’imagination mais de justice, d’actes concrets.

« Chacun aime selon son goût ; peu de gens aiment selon leur devoir et le goût du Seigneur. De quoi sert-il de bâtir des châteaux en Espagne puisqu’il nous faut vivre en France ? » (Saint François de Sales).

Chanoine Thibaut d’Aviau de Ternay

C’est pendant ce mois de novembre, mois consacré à la prière aux intentions des fidèles défunts, que nous devons prier plus instamment pour la délivrance des âmes du Purgatoire. La Foi nous apprend que les pécheurs qui n’ont pas expié leurs fautes dans ce monde devront s’en acquitter après la mort, dans ce lieu terrible appelé « Purgatoire ».  
 
Les peines endurées au Purgatoire sont la séparation de Dieu, dont on aperçoit les perfections et auquel on voudrait être uni, la vue de nos péchés commis, et l’action d’un feu surnaturel. Saint Augustin qualifie les douleurs du Purgatoire de cruelles et inexprimables et ne craint pas de dire qu’elles sont au-dessus de toutes les souffrances de cette vie. 
 
Nous pouvons et nous devons venir en aide à ces âmes et abréger leurs souffrances, en vertu de l’admirable communion des Saints ! Les motifs qui nous engagent à secourir les âmes du Purgatoire sont tout d’abord la compassion et la charité, en raison des souffrances qu’endurent ces âmes pour se purifier. De plus nous devons obéir à l’Église qui prescrit ces prières et encourage cette dévotion aux âmes du Purgatoire. C’est également en vue de notre propre intérêt car ces âmes prieront pour nous, surtout quand elles seront au ciel.
 
Si nous devons prier tous les jours pour la délivrance des âmes du Purgatoire, car tel est bien le vœu de la charité et le devoir des vrais enfants de l’Église, que ne devons-nous pas faire pendant ce mois de novembre ? C’est l’occasion de prendre la résolution d’appliquer à la délivrance de ces âmes souffrantes toutes nos bonnes œuvres, toutes nos prières, de faire offrir le Saint Sacrifice de la Messe, qui est la plus excellente des prières, de faire des aumônes… Mais cette dévotion ne doit pas se borner au seul mois de novembre ! La prise de conscience des souffrances du Purgatoire, des motifs et des moyens de soulager les âmes du Purgatoire doit nous inspirer la résolution de ne pas laisser passer un jour de notre vie sans songer à elles et sans les assister.
 
La confrérie de la Consolation sera un excellent moyen d’agir auprès du bon Dieu pour la délivrance de ces pauvres âmes. N’hésitez pas à vous y inscrire pour œuvrer toujours plus efficacement à leur délivrance. Pour cela, contactez-nous à l’adresse : consolation@icrsp.org.
 
 ICRSP Province de France